Restauration d’œuvres d'art / Exposition / Galerie / Location d'espace
Cart 0

Restauration des œuvres en terre cuite

La terre cuite est un matériau fragile et délicat qui demande beaucoup d'attention. Elle possède plus que tout autre matériau ce petit "quelque chose" qui lui apporte énormément de charme, qu'il faut conserver et que nous devons restituer le cas échéant: la patine.

Une terre cuite sans patine, sans ces traces subtiles du temps passé, sera plate et sans relief.

De par sa surface plus ou moins lisse et veloutée, la terre cuite accroche la poussière et peut vite s'encrasser avec le temps. Un équilibre est à trouver dans une restauration qui allie reconstitution des formes et reflet d'une œuvre ancienne.

Les différentes étapes de restauration d'une terre cuite

Restaur'Arte nettoie à la vapeur les œuvres encrassées. Étant donné le degré de porosité important des terres cuites, un long séchage à l'air libre est nécessaire avant de passer à l'étape suivante.

Tout volume perdu peut être recréé. La restauration, à proprement dite est donc tout à fait "classique" concernant les terres cuites dites "modernes" datant du XVIe au XIXe siècles.

Pour les terres cuites plus anciennes, les sculptures africaines par exemples, le protocole de restauration est tout autre. Souvent remplies de terre, nous prélevons, tamisons et mélangeons cette terre à des pigments, de l'eau et de la colle à bois ayant le rôle de liant. Cette pâte permet le modelage et la sculpture tout en respectant le matériau d'origine.

La patine

Qu'elle date du IIe siècle avant Jésus-Christ ou du XVIIIe siècle, qu'elle soit issue des mains d'un auteur inconnu ou signée par Jean-Baptiste Carpeaux, la terre cuite bénéficiera toujours d'une patine après restauration. C'est cette ultime étape qui donne tout le caractère à l’œuvre d'art.

Ces patines s'effectuent à sec et à l'aide de pastels ou de pigments appliqués aux doigts. L'humidité des doigts suffit à faire accrocher la couleur à la surface de la terre cuite.

C'est avec la patine restituée que le travail de l'artiste est sublimé, respecté et compris car il n'y a rien de pire qu'un objet ancien ayant l'allure suspecte du "neuf"...l'objet retrouve ainsi tout le charme du temps passé.

 

 

 

Les actualités de la restauration des terres cuites